Georgetown 3- ….Tropique du cancer et l’immensité turquoise

Du 5 au 10 février 2017

Nous avons passé les deux premières journées de l’escapade de Marie-Eve à notre ancrage près du Chat n Chill en attendant une fenêtre météo plus tranquille pour une petite sortie vers le Tropique du cancer plus au sud.

Nous avons pu profiter de la plage du côté Atlantique à partir de Stocking Island, du fameux Chat n chill, des raies, des conchs, des étoiles de mer…

Le 8 février, les vents sont tombés pendant la nuit. Au petit matin, nous avons levé l’ancre vers la plage du Tropique du cancer. Cette plage est située sur la ligne de latitude du même nom. Au solstice d’été en juin, le soleil est directement au dessus de cette ligne. Comme nous sommes près de la côte (à la hauteur de Little Exuma), mais quand même en pleine mer, cet ancrage est exposé aux vents. Il est donc important de s’y rendre lors d’une période d’accalmie… on y sent d’ailleurs un peu le « swell » de la mer même par temps calme.

Thalasso était le seul voilier.

Une plage magnifique, de sable blanc et d’eau turquoise, turquoise, turquoise à l’infini…

C’est étrange que peu de voiliers se rendent à cet endroit qui n’est qu’à deux petites heures des ancrages forts achalandés de Georgetown. Un petit secret bien gardé loin de la foule

Parfois, il y a des drôles de hasards… c’est cet après-midi là que ma maman m’a envoyé par courriel une magnifique citation qui, selon elle, trouvait écho à ce que les enfants vivent actuellement…

Il me fait plaisir de vous la partager parce que c’est vrai, parce que mes enfants vivent dans ce voyage des moments où il n’y a rien d’autre autour de nous que l’immensité de ce que la nature a à nous offrir et celle du temps, le temps qui prend son temps….

« L’immensité convient à l’enfance que l’éternité habite encore. Passer des vacances à plus de mille mètres d’altitude et à quatre vingt kilomètres de toute ville, c’est alimenter le songe, ouvrir la porte aux contes, parler avec le vent, écouter la nuit, prendre langue avec les bêtes, nommer les nuages, les étoiles, les fleurs, les herbes, les insectes et les arbres. C’est donner à l’ennui sa raison d’être et de durer » Daniel Pennac, Le Cas Malaussène (tome 1) p. 18

Nous vivons ces après-midis à la plage où nous n’avons rien d’autre à faire de plus important que de regarder les vagues, de nous exclamer devant la beauté de la couleur de l’eau, de compter les escargots avec Marine, de ramasser les plus surprenants coquillages, de suivre un petit lézard qui se faufile entre les buissons, de regarder une étoile de mer qui se prélasse au fond de l’eau …

16650600_1377995648927221_507767693_o

Il y a également de ces moments de navigation où je les vois, là, à regarder la mer. On pourrait penser qu’ils ne font rien, mais ils forgent leur enfance de cette immensité, de cet horizon loin devant, de ce respect envers la nature et les éléments …

Quand je demande à Isaac, 11 ans, comment il se sent en regardant la mer au loin, alors que seul un bleu différent nous permet de distinguer, à l’horizon, la mer du ciel, il me dit que ça lui fait du bien, que ça libère ses pensées….

La mer a cette profondeur, celle d’apaiser notre mental, de nous ramener consciemment dans le moment présent.

J’imagine que c’est pour cela que les gens aiment tant prendre des vacances au bord de la mer.

Les vagues qui déferlent sur la plage et les yeux qui se posent sur le lointain, sans obstacle…

Je ne sais pas ce que ce voyage au coeur de cette immensité indigo, loin de la ville, leur apportera réellement, ils me l’apprendront sûrement dans plusieurs années….

Josée

Publicités

5 réflexions sur “Georgetown 3- ….Tropique du cancer et l’immensité turquoise

  1. Qu’il est inspirant cet article….Il n’y a pas longtemps Josée j’ai lu un reportage qui confirmait tes dires: les gens qui vivent au bord de la mer sont en meilleure santé et moins dépressifs.

    J'aime

  2. Comme toujours Josée, tu nous gâtes de tes belles et profondes réflexions. Et même que si nous, loin de votre quotidien, ne vivent pas les mêmes émotions, c’est à travers vos écrits que nous en ressentons toute l’énergie pour continuer la « route ».
    Plein de bisous à tous!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s