thalassoblog

Un rêve , une famille, un projet…

Une p’tite dernière fois: l’océan Atlantique, de Cape May à Sandy Hook

4 Commentaires

10 au 11 mai 2017

La nervosité se fait sentir sur Thalasso à quelques heures de notre sortie en mer.

Les enfants n’arrêtent pas de nous parler alors que de notre côté nous sommes anxieux face à notre départ. Bref, ça nous énerve et ils nous énervent !!! Ça arrive aussi dans notre famille ! Est-ce dû à la fatigue accumulée des derniers jours ? Au fait que c’est la dernière fois que nous prenons la mer dans le contexte de ce voyage ?

Et pourtant… tout est prêt: nous avons de la nourriture de préparée d’avance, le bateau est Ok (diesel, eau, lignes de vies etc, etc…), les harnais sont sortis, les objets sont déjà rangés (depuis nos derniers épisodes de vagues de la Chesapeake) mais on prend quand même la peine de placer tout de suite tous les verres et toutes les assiettes qui risquent de tomber dans le lavabo, les « téléphones-Inreach-ordi-Ipad » sont chargés à 100%, nous avons vérifié, contre-vérifié, re-contre-vérifié et re-re-contre-vérifié la météo sur au moins 5 sites différents et écouté la météo donnée par la Coast Guard sur le VHF, ce qui est annoncé nous convient pour une sortie en mer.

Il n’y a rationnellement aucune inquiétude à avoir.

Nous allons nous coucher et nous nous disons vraiment que c’est étrange…

À 23hres, l’alarme de Yan sonne. C’est l’heure.

Nous nous habillons. Imperméables, combines, tuques, bottes, bas chauds et tout.  Yan tourne la clé du moteur et nous levons l’ancre dans l’obscurité de la nuit.

La sortie du inlet se passe bien.

Thalasso surfe littéralement vers l’océan, Yan hisse la grande voile pendant que je tiens la barre. Je n’aime pas trop ça le voir sur le pont dans de telles conditions, je fais même une petite prière à mes anges tout en le suivant constamment du regard. Elle est donc bien longue et difficile à monter la (#$%@ de..) voile … dans ce temps là c’est toujours trop long non ? Yan me dira quelques jours plus tard qu’il a pensé que j’allais lui demander de virer de bord lors du départ dans les vagues… mais non, j’étais nerveuse tout en étant, malgré tout, confiante.

Une fois la grande voile hissée, le cap pris, mon capitaine aux commandes et bien attaché dans le cockpit, je vais me coucher sur la banquette à l’intérieur. Yan a une meilleur résistance en début de nuit et moi au lever du jour.

Yan a tenu la barre jusqu’à 4h30 du matin et je le relève ensuite.

Au loin, je vois encore les lumières d’Atlantic City. Il fait froid, mais la lune m’éclaire. Rien autour. Aucun bateau. Le pilote automatique fait son travail de pilote, je surveille l’horizon et je ne pense à rien. Tiens, c’est rare cela !!! Je profite du moment.

Une heure plus tard, à 5h30 du matin, j’assiste au lever du jour. Je suis émue, comme toujours. Il y a quelque chose de grand de voir le soleil se lever sur l’immensité de la mer. Dans ces moments là, je nous sens à la fois si petits dans notre embarcation qui se déplace dans la mer et à la fois remplis d’une énergie qui nous enveloppe de ses possibilités infinies.

Les enfants se réveillent tour à tour, Marine est la première au poste comme à tous les matins et les garçons font la grasse matinée. Yan et moi nous nous échangeons aléatoirement les commandes à la barre à partir de 8-9 heures du matin.

Pendant la journée, je jase de tout et de rien avec les enfants. Personne n’a mal au coeur, nous savons que nous serons à Sandy Hook à la fin de la journée, vers 16 heures.

Ils réalisent que c’est leur dernière traversée en mer pour ce voyage, ils racontent des histoires, ils rient, ils sont complices du moment, c’est beau et ils sont beaux, je les aime.

En après-midi, c’est Isaac qui s’exclame en premier…mais qu’est-ce que je vois là ?

C’est New York ?

Oui Isaac, c’est la grande ville, c’est New York que l’on voit au loin.

Un petit courriel aux parents pour les informer que nous sommes presque arrivés, un point GPS.

Nous entrons dans le inlet de New York vers 15 heures de l’après-midi et mettons l’ancre à Sandy Hook à 16h30.

Rien n’est arrivé, nos craintes n’étaient pas fondées.

Et il faut bien revenir de la mer pour savoir que l’on veut y retourner…

Depuis bien longtemps, la mer fascine les gens, de tous temps le rêve de traverser les océans existe, nous ne sommes pas si différents finalement…

Oui, ça peut faire peur, oui c’est l’inconnu mais surtout oui, voyager sur un voilier est une expérience agréable remplie de nouveautés et d’aventures. Il n’y a rien de tel que le bonheur de lever l’ancre et le bonheur ensuite de la déposer dans un nouvel endroit à découvrir.

Josée

Publicités

Auteur : josee16

Mère de 3 enfants, avocate et rêveuse ... Ce blog est la pour vous raconter l'histoire de notre voyage sur Thalasso...une histoire sans prétention qui découle du désir plus fort que tout de réaliser ses rêves !!! Il nous aura fallu 20 ans, de l'amour & 3 petits mousses pour enfin décider qu'il était venu le temps pour nous de réaliser ce projet avec tous les petits et plus grands défis que cela comporte pour notre famille !! Lisez nos capsules de bonheur, inspirez-vous pour créer votre propre magie dans votre vie ! Au plaisir xxx

4 réflexions sur “Une p’tite dernière fois: l’océan Atlantique, de Cape May à Sandy Hook

  1. Encore un beau récit remplit d’émotions ! Merci à l’auteur, merci la vie et merci Seigneur de nous les ramener avec ces yeux comblés de souvenirs…
    Venez, la maison ( la mienne) est prête à vous accueillir.
    Papa

    J'aime

  2. Allo ma belle,

    J’ai tout d’un coup l’envie de pleurer en te lisant. Oh! Ne t’inquiète pas, ce sont des larmes de nostalgie, de bonheur et de je sais exactement par qu’elle phase vous allez passer avec ce retour. Je pleure à la pensée que bientôt ce sera nous sur le chemin du retour, et ça m’inquiète! J’ai très hâte de vous, te, voir lors de notre passage au Québec. Nous venons d acheter nos billets… nous serons au Canada du 15 juin au 21 juillet. Gros bisous ma belle… je n’en reviens pas que vous soyez déjà sur le chemin du retour, ça passé tellement vite! J’ai hâte d’entendre vos péripéties de vive voix! Xxxxxxxxxxxxx

    J'aime

    • Je serais là pour toi pour tous les retours et tous
      les départs… Je t’aime et je t’attends à la « maison » pour un brunch ou un souper avec toute la famille…XXXXX

      J'aime

      • Merci ma belle amie qui me comprend si bien. Le décompte commence sous peu… il semble qu’après 15 années de belles aventures il est temps de revenir chez nous… c’est à voir. De grandes décisions s’imposent pour nous. Alors te lire me fait chaud au cœur…c’est un rendez-vous!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s